Préparation moteur  « 11D »

 

 

Petit historique :

Le 6 mai 1955, l’usine présente en avant première dans son magasin des Champs-Élysées, la nouvelle Traction avant, tant réclamée par les concessionnaires et par la clientèle, une voiture plus performante, plus nerveuse.

Cette nouveauté, est le moteur « 11D », qui permet de se débrouiller face à une concurrence de plus en plus menaçante, car malgré le battage médiatique et commercial, c’est toujours la même voiture.

 

Pourquoi le 11D ?

De tous les moteurs de Traction, il est le plus abouti, le plus solide et le plus « performant ». Bien préparé il peut prendre 6000tr/minute. Il représente donc, une excellente base pour une préparation routière, dans l’esprit d’époque.

Le moteur étant déjà restauré, le travail va ce concentrer sur le haut moteur. La culasse, en fonte bien de chez nous (la frontière est proche) est sur ces tractions, un chef-d’œuvre de conservatisme. Passage de gaz étroits, limités par une infinité d’obstacles à leur agrandissement, permet peu d’initiative.

 

La préparation de la culasse se fera sur les canaux. L’objectif est d'agrandir au maximum ceux-ci sur toute leur longueur, et de créer, une fois fini, le meilleur état de surface possible.

La culasse sablée et giclée, recevra une tubulure double carburateur CTA. Refabrication Hollandaise de qualité de la célèbre tubulure EPAF. L’alimentation se fera par deux carburateurs Solex 34BPIC à pompe de reprise et admission de 55mm, le toute aligné avec la tubulure retravaillée, les joints et les diamètres d’entré de la culasse. Le rapport volumétrique extrêmement faible d’origine (6.8), passera à 9.

L’objectif est de sortir une puissance comprise entre 80 et 85CV au lieu des 65CV d’origine, tout en gardant la fiabilité proverbiale du moteur. Au final il sera contrôlé au banc de puissance. A suivre….